AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 [Acceptées] Les soeurs Pierce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Visiteuse
Visiteuse

Messages : 5
Aime : Les silences éloquents.

Déteste : La mauvaise foi.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Acceptées] Les soeurs Pierce   Jeu 20 Avr - 0:45

Citation :
 
Rapport de mission

   Description de la cible

   Nom : Pierce
   Prénom : /
   Apparence physique : Femme d’une petite trentaine d’années. Coupe courte ébouriffée, cheveux auburn. Allure dégagée et nonchalante.   Taille moyenne, stature élancée.

   Faits observés

   Jour 1 :
Environ 11h
Ai repéré cette femme au regard vif plus tôt dans la matinée, me suis décidé à la suivre après qu’elle ait contrôlé pour la quatrième fois une boîte aux lettres du vieux quartier qui semble dissimuler un faux-fond. N’ai rien trouvé dans ladite boîte aux lettres. La cible porte une tenue de ville qu’on pourrait qualifier de standard, rien d’ostentatoire, pas d’arme en vue, pantalons et chemise, sur laquelle trône une broche ternie. Un vieil insigne peut-être ?

Soirée
Rien à signaler. Elle a discuté à deux reprises dans l’après-midi avec une jeune rouquine, portant elle une tenue en cuir : plastron, cuissards, bottes… Rien d’incroyable là non plus. Discussion a priori banale, pas d’échange de documents ou autre, elles semblaient juste déjà se connaître. Entre ses deux entrevues avec la rouquine, et après le départ de cette dernière, la cible n’a fait que flâner en ville. A longuement traîné devant l’étale d’un marchand de fruits avant d’acheter quelques oranges, bavassant un bon moment avec ce dernier. Actuellement à la taverne, elle est assise au comptoir et discute volontiers avec les personnes présentes, surtout avec un type qui bosse là, et deux poivrots ravis de se faire payer une chopine.
Petite journée donc. La femme a l’air affable et noue facilement contact. Elle sait se fondre dans la masse, ai manqué de la perdre à plusieurs reprises.


   Jour 2 :
Ai retrouvé la cible non loin de la fameuse boîte aux lettres. Elle a repris en partie le même itinéraire que la veille, sauf que cette fois, elle gesticulait parfois bizarrement. Elle se mettait à pointer du doigt sans raison, et faisait quelques signes de la main qui restent vides de sens pour moi encore à cet instant. Soit c’est une maboule toquée et je perds mon temps, soit y a anguille sous roche, et ça pourrait devenir intéressant.
Elle a revu la rousse, elles ont longtemps discuté. La nonchalance caractéristique de la cible c’est mû en une sorte de complaisance authentique, partagée par l’autre. Complicité évidente.
En tous cas cette fois j’en suis sûr, les deux femmes sont de mèches. Même physionomie, même lueur espiègle au fond de leurs yeux d’un vert tout pareil, même pendentif…


   Jour 3 :
Matinée
Pas trouvé la cible là où je l’attendais ce jour. Allais rebrousser chemin quand j’ai aperçu la plus jeune au loin, faisant l’idiote sur les toits. J’ai  grimpé à mon tour, restant bien à couvert derrière les plus hautes cheminées. Et j’ai bien fait, ce n’était pas une simple lubie de gamine fouteuse de merde mais bel et bien du repérage qu’elle faisait. L’ai vu se poster à plusieurs endroits différents, avisant la vue qu’ils offraient, marquant quelques tuiles d’une croix à la craie. Très agile, et appliquée, elle semblait suivre sur les hauteurs l’itinéraire de la cible, s’arrêtant là où j’avais vu l’autre faire ses gestes bizarres. L’était sûrement déjà sur les toits hier.
Fin de journée
Elle a retrouvé ce que je pense être sa sœur. L’autre portait un sac à dos qui semblait chargé. Les deux femmes dinèrent ensemble à l’auberge du quartier des mages où elles passèrent la nuit. RAS de plus ce jour.
La rouquine est alerte, et agile. Elle semble appliquée et méticuleuse.

Description de la cible

   Nom : Pierce
   Prénom : /
   Apparence physique : Femme plus jeune, rousse, cheveux mi-longs, peau pâle.


   Jour 4 :
Matinée
Les deux ont fait route vers la prison de Hurlevent. Elles longèrent toute la bâtisse, la scrutant avec un intérêt qui à mon avis n’était pas dénué de « mauvaises » intentions. Après quelques aller-retours, elles se postèrent devant le panneau des affaires publiques. La cible 1 alla discuter avec un des gardes  tout proche, en poste à l’extérieur. Elle minaudait bon train, et finit par obtenir l’info qu’elle cherchait puisqu’elle le remercia hâtivement. Elle fit presser le pas à la plus jeune, son expression avait clairement changée, elle avait l’air plus que déterminée, presque sur le qui-vive. Elles bavassèrent à nouveau, et les nombreuses œillades conjointes sur l’horloge de la ville me firent dire que leur planning venait d’être perturbé… Le duo pressa à nouveau le pas vers l’auberge, se forçant néanmoins à garder un air naturel. La lueur tamisée brilla à leur fenêtre tout au long de la nuit, jusqu’à ce que je m’assoupisse à mon tour.


   Jour 5 :
A mon réveil, plus de lumière à la fenêtre, la chambre était vide. Instinctivement, je fis route vers la prison. De ce que j’avais pu entendre hier, un prisonnier allait être transféré vers le Donjon pour une audience dans laquelle il serait simple témoin. J’inspectai les lieux clés, mais ne vis rien. En me hâtant un peu, je parvins à rejoindre le témoin et son escorte : un homme hagard, en haillons, fers aux mains et aux pieds, et quatre gardes de Hurlevent. Le convoi allait dépasser l’échoppe de fruits quand elles mirent leur plan à exécution. Ha, deux yeux ne m’ont sûrement pas suffit pour tout voir, mais je vais tenter de décrire.  Tout se passa quasiment dans la même fraction de seconde : la chariotte  qui trace non loin, conduite par le type de l’auberge, les deux ivrognes qui en font tomber deux tonneaux plein de bière, les quatre gardes qui se font envoler par surprise comme des quilles par les tonneaux, valsant dans l’étale de fruits ou dans le canal, les flèches qui sifflent par-dessus ma tête et viennent sectionner l’étole qui pendait au dessus du stand, venant couvrir mollement le prisonnier, puis à peine un éclair, quelque chose s’engouffre sous le tissu et disparait dans un sombre clin d’œil.  Le marchand fait mine de s’offusquer, alors que je réalise que j’ai perdu de vue les deux femmes et leur butin… Ha, ça pour une diversion… La foule s’amasse, curieuse, et les gardes passent pour des blaireaux. La pagaille a facilité leur fuite étrangement, tout semblait parfaitement minuté.

   Jour 6 :
 Très tôt le matin
Ai bien eu du mal à leur refoutre le grappin dessus ! Rester en ville était trop risqué pour elles, alors j’ai pris le pari de les chercher ailleurs. En quittant la ville pour la forêt d’Elwynn, coupant à travers bois, j’ai fini par apercevoir la lanterne bringuebalante d’une charrette. Une silhouette presque familière menait les chevaux tandis qu’une autre était assise à l’arrière, guettant. Elles firent route jusqu’à la bordure du Bois de la Pénombre, où elles abandonnèrent le véhicule, embarquant à pied le prisonnier. Le groupe de trois continua plus profond dans les bois, jusqu’à une petite cabane de chasse abandonnée. Une fois installés, l’homme eut à peine le temps de les remercier et de les prier de le détacher que la cible 1, à présent en tenue de cuir sombre, lui trancha la langue sans sourciller. Elle enroula le bout de chair dans un linge qu’elle glissa dans une de ses poches, acquiesça quelques mots à la plus jeune et sortit. J’entendis quelque chose comme « prendre contact » et « paiement ». La rouquine surveilla l’homme, veillant à ce qu’il ne tourne pas trop de l’œil. L’autre a réussi à me semer en à peine quelques foulées.  
Je vais camper ma position jusqu’au fin mot de l’histoire.


   Jour 7 :
J’ai vu approcher ce qui ressemblait à un nobliau, suivi de deux gros bras. Il a rejoint la rousse et l’homme sans langue dans la masure pendant que ses deux gorilles montaient la garde. Il eut un petit hoquet en voyant l’état du prisonnier. Je tendais l’oreille pour entendre la discussion. Apparemment ce type  mène du trafic d’influence sur  la capitale, il aurait promis un appui diplomatique au prisonnier contre une belle somme. Le malfrat a payé mais a quand même croupi en geôle. Et maintenant que les soupçons planent sur lui, le noble veut s’assurer que les témoins se taisent. J’ai vu la rousse sortir une dague; elle tua elle-même le prisonnier en lui tranchant la gorge. Quand elle a abordé le sujet du paiement, le nobliau a commencé à jouer du pipeau, baratin plein de jolis mots. Elle l’a laissé faire, amusée, ne tournant que brièvement le regard vers la fenêtre par laquelle j'observais, hochant presque imperceptiblement la tête.

Je n’ai pas eu à me demander longtemps où était passé la cible 1. Un des types restés dehors s’éloignant derrière un arbre pour pisser, j’ai à peine vu deux mains vives lui saisir la tête, et lui briser net la nuque d’un geste mesuré mais efficace. Le premier gars ne voyant pas son comparse revenir allait s’avancer quand la cible 1 combla la distance d’une méthode peu fair-play que je ne connais que trop bien. Elle apparut derrière lui, lui fauchant les pieds. Il vint se fracasser le crâne contre la pierre du seuil à la seconde où son patron l’appelait lui et son collègue, de l’intérieur. Le pipeau du « je te promets du pouvoir » ne prenait pas sur la rousse, et visiblement peu enclin à allonger la monnaie, il comptait sûrement l’intimider, ou pire. Mais manque de pot, c’est l’ainée Pierce qui franchit la porte. Elle  saisit les bras du noble et lui tordit dans le dos, le forçant à poser genou au sol. Après de brèves palabres, et un refus de s’acquitter de sa dette, il finit avec deux crans d’arrêt plantés, l’un dans la jugulaire par la cadette, l’autre dans l’artère brachiale par l’ainée. Le sang-bleu suffoqua aussi vite que l’hémoglobine se déversait sur le parquet. Les deux s’affairèrent par la suite à ramener les corps des deux autres dans la masure, et à mettre en scène le tout. Si je n’avais pas tout suivi depuis le début, c’est vrai qu’on aurait pu penser à un règlement de compte qui aurait mal tourné. Je crois qu'elles ont dépouillé le noble de ses bijoux, avant de quitter l'endroit comme si de rien, se séparant rapidement.


Un duo bien huilé de tueuses à gages averties qui ne perdent ni leur temps, ni leurs moyens. Plan élaboré, finement minuté et audacieux. Discrètes, efficaces, complémentaires. Bonne utilisation de l'environnement, actions précises et sensées.

(HRP : Le mot de la rédaction.

Bonsoir à tous, vous l'aurez compris, il s'agit ici d'une postulation conjointe pour deux personnages, joués par deux personnes différentes bien sûr. Mon comparse et moi-même nous connaissons depuis un certains temps et avions à coeur de faire partager plus qu'un background à nos personnages.

En espérant que la lecture vous ait été agréable et en attendant de vos nouvelles !

Les deux spys ! )

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre du Conseil
Membre du Conseil

Messages : 190
Age : 37 ans
Localisation : Havrefiel

Voir le profil de l'utilisateur http://www.havrefiel.com
MessageSujet: Re: [Acceptées] Les soeurs Pierce   Jeu 20 Avr - 20:45

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Visiteuse
Visiteuse

Messages : 27
Age : 762 années.
Métier : Chieuse à temps plein
Localisation : Hurlevent
Déteste : Les cons.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Acceptées] Les soeurs Pierce   Ven 21 Avr - 10:13

Citation :


Sœurs Pierce,

Dans l'ombre, la Confrérie Sombrelame vous a suivi, deux sœurs travaillant de concert pour des résultats optimaux et rapides ont su attirer notre attention. Nous souhaitons à présent vous entendre.

Je vous donne rendez-vous ce lundi 24 au soir, à 21h00, aux ruines des trois sœurs Eoles situées dans la Marche de l'Ouest.

<Deux plumes de corbeaux sont présentes au fond de la lettre, que faire avec ?>

Brûlez cette lettre, jamais elle ne doit se connaitre d'autres personnes que de vous deux.

Hrp :

Pour me contacter ig, c'est Aenethia.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Acceptées] Les soeurs Pierce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vente de soeurs de bataille
» mitchell pierce (glisse drift...)
» [ACHAT]Soeurs du crépuscule sans dragon
» Pandapinpadaploume, l'art de l'alcool. [Accepté]
» Les soeurs magus :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Confrérie Sombrelame :: Rejoindre la Confrérie :: Candidature acceptée-
Sauter vers: