AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 [Membre du Conseil] Deborah Cinestra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre du Conseil
Membre du Conseil

Messages : 66
Age : 28 ans
Métier : Alchimiste - Médecin - Conseillère

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Membre du Conseil] Deborah Cinestra   Lun 8 Mai - 19:13



DEBORAH CINESTRA


– Alchimiste & Membre du Conseil –


Fiche signalétique

Nom : Cinestra
Prénom : Deborah
Race : Humaine
Sexe : Féminin
Taille : 1m69
Stature : Fine
Age : 28 ans
Date de naissance : 06/01/09
Lieu de naissance : Elwynn
Fonction à Havrefiel : Alchimiste - Dignitaire


Apparence

Plus petite que les humaines, les formes amples ne sont également pas au rendez-vous.
Un beau visage pourtant, qui s’éclaire sitôt qu’elle sourit, épargné par les assauts du temps, si ce n’est quelques rides qui ne font que mettre plus en valeur ses expressions de colère, d’agacement, de mépris, et bien d’autres de la palette que lui inspirent ses semblables. C’est un front haut et bien dessiné qui couronne pourtant un visage dont l’ovale est agréable à l’œil, le nez fin, un peu long, casse cette impression de rondeur, tout comme le menton légèrement pointu; les pommettes hautes pourraient donner un air rieur à cette figure.
Elle avise souvent son entourage de son regard pénétrant, aussi froid et bleu qu'un glacier qui ne trahit ni surprise, ni douleur.



Personnalité

Deborah mène sa vie solitaire, aspirant avant tout au calme et au respect dû à son statut.

Si les premières années de cette jeune femme se sont déroulées dans un petit village, les années à courir les montagnes et à battre la campagne lui ont chevillé au corps une profonde aversion pour les villes ; à moins que ce soit sa connaissance des différentes races qu’elle a rencontré au cours de sa vie.
Ses contempteurs la disent aigrie, que son cœur est sec. Elle apprécie parfois ceux qui l’entourent, seulement cet amour ne se traduit pas par une bienveillance mielleuse, une gentillesse dégoulinante. C’est parce qu’elle aime qu’elle corrige, remet dans le droit chemin, aide de sa manière si abrupte, jette des mots acerbe, bénit comme elle maudit. Ceux qu’elle n’aime guère, elle les ignore, les laisse aller lentement vers les ennuis, sans les avertir.



Histoire

Il y a de cela huit long mois, Deborah n’arrivait pas assez vite pour empêcher le pire, où peut-être le mieux pour elle.

Devant ses yeux, sa maison brûlait, en s’approchant, la femme avait pris la mesure que représentait l’incendie, la perte d’années de récoltes, de préparations, des herbes rares, des plantes recherchées, des remèdes complexes ; pire encore, avaient dû s’envoler en cendres et en fumées les quelques livres de prix qu’elle conservait sur une étagère, achetés à des colporteurs.

Le triste spectacle qu’elle contemplait, l’incendie, le supplice du chat, tout cela la convainc qu’il ne s’agissait pas d’un acte de malveillance auquel se seraient livrés des voisins mécontents, des jaloux, des craintifs : la nourriture a trop de prix par les temps qui courent pour que des pillards laissent rôtir un animal sans en profiter, et les gens connaissent trop bien les ravages du feu pour commettre l’acte inconsidéré d’incendier une chaumière. Il y a quelque chose là-dessous, elle le sentait, elle le saivait, quelque chose qui la visait, qui la voulait morte, mais qui ne sait pas s’y prendre : un puissant, un idiot, ou les deux à la fois. Surtout un idiot se dit-elle : un être intelligent l’aurait fait surveiller, traquer, l’aurait tué là haut, dans les collines, sans même avoir eu besoin d’un incendie. Les flammes sont là pour le symbole, elle en était convaincue.

Deborah se mit en marche d’autant plus rapidement que la nuit tombe : ce n’est pas grave, elle n’a pas peur des ombres, et la rage qu’elle a relégué au fond d’elle est prête à rejaillir pour faire son affaire au premier nuisant qui se mettrait en travers de sa route pour finalement rejoindre l'auberge du quartier commerçant de Hurlevent.

Quelques jours plus tard elle fit la rencontre d'un mercenaire à l'allure austère et au regard froid, ainsi que ses hommes. Celui-ci lui proposa un travail et elle accepta, préférant quitter la ville et ses souvenirs. C'est ainsi qu'elle rejoignit cette petite troupe afin de libérer le village de Havrefiel en proie à une terrible malédiction.  



Habitation

Cette sinistre cabane au centre de cette forêt si sombre n'a rien pour rassurer. Petite, elle mesure pas plus de deux mètres de haut et cinq mètres de longueur. Et ne possède pas de fenêtres.

En premier lieu vous remarquez un petit feu de camp aux flammes qui crépitent dans se lourd silence. Un tabouret est non loin de celui-ci, ainsi qu'une torche. La cabane est composée de planches épaisses, du bois de la région, qui tout de même protège des intempéries. Une imposante porte protège l'entrée, avec plusieurs serrures en fer et un fenestrons.

À l'intérieur se trouve un petit lit d'une personne, dont la base est du bois alors que le reste est fait de paille. Le dessus est couvert de drap, de couvertures, d'une épaisse peau de loup et d'un oreiller en laine. Une étagère sur le mur de bois à droite où trône un livre, des parchemins vierges, une plume et un encrier. Une caisse est dans un coin. Dessous, Un tonneau en guise de meuble ou est posé une cruche d'eau et un verre.

Localisation :
 



Revenir en haut Aller en bas
 
[Membre du Conseil] Deborah Cinestra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tenue d'un Conseil de la Horde
» [Collection Membre] Ma section Big Jim SPY.
» conseil sur un petit jeune ^^
» [Collection Membre] COLECPRIVEE.
» Conseil achat TV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le village de Havrefiel :: Habitants de Havrefiel-
Sauter vers: